D’étranges phénomènes observés

Dans toute la région, des patients contaminés par un phénomène inexpliqués sont poussés par une folle envie de courir pour fuir. De quoi ont-ils peur ?

Les premières manifestations ont été relevées dans un établissement scolaire d’Arras. Mais selon nos informations, des cas auraient également été recensés dans des communes proches de Dunkerque, Calais, Boulogne, Aire-sur-la-Lys, Hazebrouck, Berck ou encore Lens même s’il est délicat de faire la lumière sur ces phénomènes, le secret-défense ayant été décrété sur ce dossier tant que les médecins n’auront pu l’expliquer de manière claire.

Mais à l’heure des réseaux sociaux, le black-out n’a pas tenu bien longtemps et certains témoins de comportements étranges ont commencé à s’épancher.

D’autres cas signalés dans la région

« Trois élèves ont commencé à se comporter de manière bizarre », assure ainsi une enseignante sous le couvert de l’anonymat. Crises d’hystérie suivies de manifestions de violences (des objets ont notamment été lancés sur des professeurs), ont émaillé les heures de cet établissement d’ordinaire plutôt calme. Les jeunes atteints par ce mal présentaient également de grandes difficultés à se concentrer et une soif inextinguible pendant les rares périodes où ils semblaient retrouver leur calme. Et le mal semble avoir ensuite contagionné plusieurs dizaines d’élèves. D’autres cas similaires ont été signalés dans la région.

Courir pour fuir

« Ces crises me semblent un symptôme de la somatisation d’une angoisse, diagnostique de son côté le psychiatre Marc Hettingue. La question est de savoir ce qui a pu stresser à ce point ces jeunes même s’il ne faut pas forcément aller chercher très loin étant donné la nature anxiogène de l’actualité récente. » Autre bizarrerie, tous les contaminés sont poussés par une folle envie de courir…

L’Avenir de l’Artois, publié le 30/03/16